Rejoindre cette communauté

   

Isabelle GABORIEAU & Christian PELTIER

Si la Loi d'Avenir pour l'Agriculture et la Forêt de 2014 inscrit l’agro-écologie au coeur des politiques publiques agricoles sous le vocable ” produire autrement ”, dans la même veine, c’est ” Enseigner à produire autrement ” qui devient l’étendard de l’Enseignement agricole. ” L’enseignement agricole doit assumer un rôle majeur pour adapter et anticiper l’évolution des connaissances et des modes de raisonnement” (Ministre de l’Agriculture, 2014). Ce projet stratégique impacte donc à la fois ce qu’il y a à enseigner et les manières de le faire.

Or, si les textes d’orientation de cette politique mettent en avant une rupture paradigmatique, les premières propositions de l’Institution à destination des enseignants ont relevé de la seule imposition de savoirs. C’est ce décalage entre ce que le passage à l’agro-écologie suppose (savoirs contextualisés, co-construits entre chercheurs et praticiens, hybridations des sciences de l’ingénieur et des sciences sociales,...) et l’épistémologie positiviste convoquée (la parole du chercheur en agronomie suffit à provoquer le changement) qui nous a interpellés. De manière analogue à l’inspection de l’EA qui reconnaissait dès 2013 que ” Enseigner à produire autrement ” constitue une ” mise à l’épreuve de l’identité professionnelle des enseignants ”, les premiers accompagnements des équipes pédagogiques confirment que, plus encore que la question des nouveaux savoirs ou des remaniements/recompositions de savoirs, c’est celle des pratiques et habitus d’enseignement qui interrogent les enseignants/formateurs.

Notre positionnement d’accompagnateurs, à l’interface des mondes institutionnels, de la recherche et de la formation, nous permet de mieux apprécier les obstacles auxquels les enseignants se confrontent

tout autant que les inventions qu’ils produisent et la créativité dont ils font preuve pour donner du sens, dans la classe d’abord, à la transition agro-écologique. Les outils que nous mobilisons pour analyser ces pratiques sont issus des travaux de chercheurs en didactique professionnelle et pédagogies constructivistes problématisées. Au travers de ces analyses de pratiques, ils permettent d’appréhender la structure conceptuelle de la geste des professionnels, de remonter aux raisons qui fondent à un moment donné l’action, d’envisager face à des ” problèmes complexes flous ” (Fabre, 2014) des hypothèses de solutions,...

Pour mettre en évidence la manière dont les enseignants s’inscrivent ou non dans cette évolution/rupture, nous mobiliserons deux cas prototypiques (le rapport aux blaireaux et aux limaces comme révélateur des pratiques agricoles, mais plus largement du rapport à la nature, des postures épistémologiques des enseignants, du sens que les savoirs scolaires peuvent avoir - ou non - pour les apprenants...) illustrant les savoirs et compétences en jeu pour pouvoir agir en tant que citoyen professionnel dans un monde qui change.


Télécharger

Dernière mise à jour le le 13-04-2017 par Christian PELTIER

  • Vue 176 fois