Science, politique et ville durable : l’élaboration d’un nouveau modèle conceptuel

L’intérêt scientifique de la présente étude relève de la nouvelle formulation faite de la relation qu’entretiennent la politique et la science par la mise en œuvre du vocable qu’est la ville durable.

Selon Max Weber, la politique et la science sont des disciplines distinctes qui ne doivent entretenir aucun lien de par leur différence au niveau méthodologique et des parties prenantes. Ce dernier définit la politique comme étant « l’ensemble des efforts que l’on fait en vue de participer au pouvoir ou d’influencer la répartition du pouvoir, soit entre l’Etat, soit entre les divers groupes à l’intérieur d’un même Etat »[1]. La politique dans ce cadre devrait être considérée comme un objet d’étude. Il serait ainsi essentiel pour le scientifique de se distinguer de son objet d’étude afin d’énoncer une sorte d’état de lieu facilitant la prise  de décision ou de position de ses interlocuteurs selon les objectifs recherchés par ces derniers.

Partant du postulat selon lequel les faits, tout comme les analyses portées sur ces faits par les hommes de sciences sont dites au-delà de toute critique, Weber trouve qu’il relève de l’aberration faite à l’encontre des fondements de la recherche scientifique, pour tout homme de science de se confondre à l’objet d’étude en prenant une position de manière explicite et délibérée. Il le dit en ces termes : « […] chaque fois qu’un homme de science fait intervenir son propre jugement de valeur, il n’y a plus de compréhension intégrale des faits » et ce dernier « […] s’expose à la critique la plus sévère dans le for de sa propre conscience »[2].

Cependant, l’on assiste à une reformulation de la relation science – politique, spécifiquement dans le domaine des sciences ayant pour objet d’étude l’environnement. Ceci est corroboré par la publication du 5e Rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) le 31 mars 2014. Face aux menaces du changement climatique, plusieurs chercheurs offusqués par l’indifférence affichée par plusieurs acteurs étatiques et socio-économiques[3], ont emprunté la voie de la sphère publique avec pour tremplin les résultats de recherche publiés dans des revues scientifiques, de laboratoire et colloques académiques. Selon Laurence Tubiana, une telle situation est un facteur réducteur des résultats scientifiques à la « catégorie des ‘opinions’ parmi d’autres »[4].

L’enjeu actuel serait de « […] protéger (tant que faire se peut) l’institution scientifique et ses règles de travail ». Ainsi, il revient à « la communauté scientifique [de] partager ses doutes et ses incertitudes sans le déguiser ; la société doit trouver les procédures pour choisir en connaissant ces interrogations »[5].

Dans le cadre de l’implémentation du concept de ville durable, il est fait recours à une pluridisciplinarité faisant intervenir le politique et le scientifique simultanément dans l’atteinte d’un but commun. D’où la perception de la ville durable en termes d’action publique et de mode de production de connaissances d’une part et de transition d’une rationalité substantielle à une rationalité procédurale[6].

Considérant d’une part que l’urbanisation est une dynamique qui s’opère en s’adaptant aux réalités socio-environnementales d’un cadre géographique spécifique, d’autre part, la sphère académique est appelée à faire preuve d’intégrité en ce qu’elle doit conserver ses démarches analytique et méthodologique. Il revient à la politique de prendre en compte les résultats des démarches dites scientifiques afin d’opérer un choix sur la gouvernance de la cité.  Il est question dans le cadre de cette étude, d’analyser les mécanismes de mise en œuvre de la nouvelle forme d’interaction existant entre la science et la politique en divers contexte urbain.  Le politique fixe l’objectif et le scientifique trouve le cadre opérationnel, et vis versa. Un principe appliqué ?



[1] Max Weber, Le savant et le politique, Les classiques des sciences sociales, 1919, p. 29. http://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/index.html. (Consulté le 27/04/2015).

[2] Idem, p. 19.

[3]Andrée Mathieu, Dossier climat, Changements climatiques: indifférence, ignorance ou déni,

 http://agora.qc.ca/documents/changements_climatiques_indifference_ignorance_ou_deni (consulté le 23/04/2015).

[4] Laurence Tubiana, Climat : entre science et politique, comment communiquer ?, Le Monde, mis en ligne le  04.10.2013.http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/10/04/climat-entre-science-et-politique-comment-communiquer_3489957_3232.html (Consulté le 23/04/2015).

[5] Idem.

[6] Mario Gauthier et Laurent Lepage, « La mise en œuvre de la ville viable : une problématique d’action publique » in Nicole Mathieu et Yves Guermond, La ville durable, du politique au scientifique, Editions Quæ | Indisciplines, 2005, pp. 101-117.


Modéré par : Anim IddLab

Autres actualités dans "Recherche et développement"

Des transitions à la transition écologique : débats et controverses autour de la notion de transition.

Publié le 22 avril 2017 - 16:00

L'article reprend une conférence introductive faite au cours du colloque " Eduquer et former au monde de demain : place et rôle de l'éducation et de la formation en vue d'une transition vers un monde durable" organisé les 11 et 12 (...)

La Responsabilité Sociale des Organisations en quête d’éco-efficience en terre africaine : contexte camerounais

Publié le 04 avril 2017 - 10:33

Les autorités camerounaises ont porté une attention particulière à la mise en œuvre de ces Objectifs du Millénaire pour le Développement au niveau national lors de l’élaboration du Document Stratégique de la Réduction de la Pauvreté (...)

Créathon : Les nouvelles technologies pour résoudre les défis sociaux & environnementaux

Publié le 14 oct. 2016 - 10:53

Le <a href="https://www.facebook.com/switchupchallenge/" data-hovercard="/ajax/hovercard/page.php?id=311923265644991&extragetparams=%7B%22directed_target_id%22%3A921851067947949%7D">SwitchUp Challenge et ses partenaires locaux* vous invitent à son Créathon de St Etienne “Les nouvelles technologies pour résoudre les défis sociaux & environnementaux” le week-end du 5 et 6 novembre au sein des espaces de la Pré (...)






Recherchez parmi les Actus

Entrez votre propre mot-clé